Quand les élus de Voglans se moquaient des juges du tribunal de Grande Instance de Chambéry

Voilà ci-dessous comment les élus de Voglans se sont moqués des juges du tribunal de Grande Instance de Chambéry ( Il est vrai que les élus de Voglans se croient forts d'un sentiment d'impunité depuis que la Préfecture leur a accordé une surprenante couverture, après l'annulation de leur élection en 2008 par le tribunal de Grenoble ). 

 

Ainsi les élus de Voglans ont décidé, le 5 octobre 2009, de faire réaliser des travaux dans les locaux du restaurant incendié le jour même, le 2 novembre 2009, où le tribunal de Chambéry avait fixé l'audience du procès qu'ils avaient eux-mêmes lancé contre le gérant du restaurant Labelvie. Voir, ci-dessous, la délibération du 5 octobre 2009, l'appel à concurrence lancé dans le Dauphiné-Libéré du 9 octobre 2009 et notamment la première page du jugement du 17 décembre 2009.

 

Le plus surprenant dans cette manifestation d'incompétence des élus de Voglans réside dans le fait qu'ils demandaient au tribunal de constater la destruction totale de l'intérieur du restaurant, cuisines incluses.

 

Lorsque le tribunal rendra son premier jugement du 17 décembre 2009, il constatera que les élus de Voglans ont été incapables de fournir les preuves de la destruction des cuisines et nommera donc un expert judiciaire pour se rendre sur les lieux mais les travaux avaient effacé toutes les traces de l'incendie...!

 

Alors les élus de Voglans ont-ils voulu volontairement détruire les traces de l'incendie ou bien ont-ils agi par simple bétise et incompétence, en se moquant des juges ? 

 

         Cliquez sur les pages du document pour les agrandir.