Comme d'habitude, les élus cachent la réalité et la vérité !

Comme à leur habitude, les quelques rédacteurs qui restent à La Lettre de Voglans ( fin de déroulé ), ne disent qu'une toute petite partie de la vérité .

 

Le numéro de mars 2013 de la Lettre de Voglans essaye de faire croire deux choses aux habitants :

  1. Que j'aurais empêché avec mon recours administratif, la construction des nouvelles toilettes publiques. Or un recours devant le tribunal administratif ne suspend jamais les droits à construire du bénéficiaire et surtout ne l'empêche pas de le faire s'il est sûr de lui. Rien donc ni personne n'ont empêché le conseil municipal de construire ces nouvelles toilettes jusqu'à aujourd'hui, sauf peut-être qu'il n'était pas sûr de son projet ! Cette rénovation, nous en avions montré la nécessité, depuis de très nombreuses années notamment à celui qui n'était encore que premier adjoint avant de devenir le maire actuel. Voir les photographies ( à partir de la marge ) qui montrent quelle fut, en retour, sa réponse annuelle...
  2. que le projet des élus se limiterait à la seule rénovation des toilettes publiques. En réalité, il s'agit aussi pour les élus de construire sur le domaine public, un nouveau garage privatif ( à la place des actuelles toilettes publiques ), pour les locataires de l'appartement communal. A la place de l'actuel garage des locataires municipaux, les élus ont prévu la construction d'un local qu'ils appellent technique pour y installer un évier, une cuisinière, des frigidaires devant servir lors de manifestations. Voilà ce que nous a expliqué l'adjoint à l'urbanisme lors de la présentation du projet.

 

Comme quoi, les élus de Voglans trouvent toujours de l'argent pour les bonnes causes mais jamais pour maintenir une ligne de bus directe avec Chambéry !!!

 

SURPRISE : le 4 novembre 2013, les élus ont voté le déclassement du domaine public de l'emprise foncière des toilettes publiques pour la classer dans le domaine privé. C'était exactement l'objet de mon recours gracieux de 2009 et de mon recours devant le tribunal administratif. J'avais en effet, alors souligné que les élus ne pouvaient pas faire construire le garage privatif à cet emplacement car il s'agissait du domaine public...

 

Cliquez ci-dessous sur les deux photographies incluses dans le dossier et celles sur lesquelles j'ai ensuite rajouté les flêches et commentaires.