Portrait rapide de Marcel GIRARDIN

Né en 1959, diplomé de l’institut d’études politiques de Grenoble et de l’institut européen d’études internationales de Nice.

 

Assistant parlementaire de Jean-Paul CALLOUD, député de la première circonscription de la Savoie puis de Jean-Pierre COT, vice-président du parlement européen

 

J’ai pris mes distances avec tout parti politique lorsque j'ai pris publiquement position dans la presse, en 1994, contre la corruption des élus et des fonctionnaires.

 

La corruption est un mal qui porte gravement atteinte à la recherche de l’intérêt général, à la bonne tenue des finances publiques et au patrimoine des contribuables ; lesquels payent au final de leur poche, les dérapages financiers que génère la corruption du monde politique. Voir sur ce site : la corruption s'étend en France.

 

J’ai pris mes distances avec tout parti politique car les partis politiques me semblent incapables aujourd’hui de faire face aux mutations exceptionnelles que nous connaissons et de donner du sens au monde qui nous entoure.

 

Les partis politiques dits de gouvernement,  et leurs dirigeants sont en effet englués dans des luttes dont les enjeux véritables sont l’occupation du pouvoir et la jouissance des nombreux et bien concrets privilèges qui l’accompagnent.

 

J’ai publié, ces dernières années, les articles présentés, tout en bas de ce déroulé, dans Revue Défense Nationale.

 

Auparavant, j'avais rédigé, en 1984, un mémoire sur la nouvelle rivalité apparue en 1979 entre l'Iran révolutionnaire chi'ite et le royaume d'Arabie-saoudite sunnite. J'avais rédigé ce mémoire dans le cadre du séminaire intitulé : " les conflits du Moyen-Orient " auquel j'avais participé lors de ma troisième année de scolarité à l'I.E.P de Grenoble.

 

Vous trouverez, ci-dessous, l'introduction de ce travail qui, malgré les années passées, reste toujours d'actualité par son sujet.