Bref historique de ce dossier.

 

Je n'avais jamais remarqué, avant 2009-2010, la mention illégale de repas sans porc sur la fiche d'inscription à la cantine de Voglans. Pourtant, mes enfants étaient scolarisés à Voglans depuis les premières années 2000

 

J'avais alors réagi dans un de mes courriels-circulaires vers 2011-2012 mais sans que cela ne débouche sur une réponse.

 

Après mon élection en mars 2014, j'étais intervenu, dès le 7 mai 2014, lors de la première réunion de la commission scolaire auprès du maire et de la première-adjointe, pour connaître les raisons de cette décision et faire part de mon désaccord avec cette proposition illégale. Le maire, et cela n'étonnera pas ceux qui le connaissent, me répondit qu'il ne savait pas pourquoi il faisait cette proposition de repas sans porc ; qu'il faisait cela comme ça, sans véritable raison et surtout sans motivation religieuse...! La première-adjointe, elle, me répondit qu'elle n'était pas à l'origine de cette décision. Néanmoins elle la cautionne bien par son acceptation de cette proposition !

 

J'étais ensuite ré-intervenu lors de séances du conseil municipal et d'autres réunions. J'avais également saisi le préfet ; lequel s'était déclaré incompétent pour intervenir dans ce dossier de la seule responsabilité des communes. 

 

J'avais alors saisi le tribunal administratif de Grenoble pour qu'il se prononce sur cette dérogation accordée aux adeptes de la religion musulmane par le service public de la cantine municipale de Voglans, en violation de l'article 2 de la loi du 9 décembre 1905 qui précise que la République ne reconnaît aucun culte, donc que la République et ses services sont neutres.

 

Le 7 juillet 2016, le tribunal administratif valida cependant cette dérogation à la loi du 9 décembre 1905.

 

Je fis donc appel, le 8 septembre 2016 auprès de la cour Administrative d'appel de Lyon ; laquelle valida de nouveau, le 23 octobre 2018, cette dérogation qui permet ainsi l'application de la charia : la loi musulmane. 

 

Ci-dessous, vous trouverez la fiche d'inscription telle qu'elle était proposée jusqu'à ma première intervention en 2014.                                                                                            Ensuite, la majorité municipale a tenté de rendre cette mention REPAS SANS PORC moins visible en l'incorporant, comme pour l'année 2018-2019 ci-dessous, à une rubrique pratique alimentaire, en utilisant des caractères minuscules et en rajoutant la mention dit de substitution. Cela exprime bien le malaise de ces élus qui ne savent pas comment justifier leur choix...!