Salles des fêtes : Voglans 2, Aix-les-Bains 0 !

 

Il est tout de même extraordinaire qu’un petit village de 1800 habitants comme Voglans fasse actuellement construire une deuxième salle des fêtes à côté de la première, alors qu’Aix-Les-Bains, ville " phare " de 30 000 habitants n’en possède toujours pas une seule, malgré les promesses répétées à chaque élection municipale par Dominique DORD ! Les Aixois sont ainsi obligés de louer les salles des fêtes des communes environnantes...!

 

Ci-dessous une intervention de Dominique DORD, le 13 décembre 2001, devant le conseil municipal d'Aix-les-Bains qui justifie l'achat du ZANDER par ce besoin de salle des fêtes, de salle polyvalente à Aix-les-Bains. Aujourd'hui, en janvier 2018, le ZANDER a été affecté à la police municipale et les Aixois n'ont toujours pas de salle des fêtes...!

On peut donc légitimement se demander si la construction de cette deuxième salle des fêtes à Voglans, " pudiquement " dénommée extension dans La lettre de Voglans d’octobre-novembre 2017, était bien justifiée et ne serait pas, plutôt, un " caprice de riche ".

 

D'autant qu'il s'agit d'un horrible cube marron sans âme et sans style, bref UNE HORREUR ARCHITECTURALE qui n'a plus rien à voir avec le style savoyard de la salle polyvalente actuelle, bien intégrée dans son environnement !

 

Depuis, l'horrible cube marron s'est transformé en horrible cube noir ; ce qui n'est pas mieux...voir ci-dessous. 

 

Je ne pense pas que cette deuxième construction était nécessaire car la salle des fêtes actuelle, fonctionnelle et encore en bon état, convenait parfaitement à tout type de manifestation, organisée bien sûr dans la mesure du raisonnable.

 

En cette période de paiement des taxes sur le foncier bâti et non-bâti ainsi que de la taxe d'habitation, au sujet desquelles je demande régulièrement, depuis mon élection en 2014, la baisse des taux d'imposition, je tiens à rappeler que la très forte augmentation du coût estimé de cette « extension » constitue l’autre raison principale pour laquelle j’ai voté contre ce projet.

 

Les motifs de cette très forte augmentation de 500 000 euros sont exposés dans la délibération, ci-dessous, du 18 septembre 2017. Le maire, ses adjoint(e)s et conseillers ont ainsi validé une très forte augmentation d’un coût qui passe de 800 000 euros à 1 292 000 euros auxquels il faut rajouter 116 280 euros d’honoraires, soit un total pour l’instant... de 1 408 280 euros. On comprend qu’Aix-Les-Bains ne puisse pas suivre… !

 

Ce surcoût rappelle celui que l’on avait connu avec la fameuse construction des nouveaux ateliers municipaux auxquels avaient été rajoutés des locaux associatifs et où, là-aussi, on était passé de 650 000 euros à 1 100 332 euros.

 

Rappel : depuis 2012, le maire et sa majorité ont toujours refusé, par contre, ma proposition de créer un service de minibus pour tous les Voglanais, au prétexte que cela coûterait trop cher. Cliquez dans la marge sur Les négligences de la majorité municipale au sujet du transport en commun à Voglans et l'exemple du Minibus à Bassens pour un coût annuel de 15 000 euros environ...

 

La troisième raison de mon opposition à cette « extension » s’explique par ma volonté de ne pas être dupe de tous ces arrangements entre amis qui utilisent les finances communales pour atteindre des objectifs personnels ou particuliers, aux Bouvards, à Villarcher comme au chef-lieu.

 

Je suis en effet intervenu en conseil municipal pour m’étonner du fait que la majorité municipale nous avait expliqué qu’une extension des anciens ateliers municipaux, là où l'on construit aujourd'hui la deuxième salle des fêtes, avait été rendue difficile voire impossible, du fait des contraintes imposées par le PPRI ( plan de prévention des risques d’inondation), lire notamment dans le Bulletin municipal de novembre 2014 et sur la carte officielle de zonage du PPRI, ci-dessous.

 

La première-adjointe m’avait alors naïvement répondu que la commune pouvait construire cette deuxième salle des fêtes car elle avait droit à une extension de 20 %. En retour je lui avais rétorqué que ce droit de 20 % d’extension aurait alors pu s’appliquer aux anciens ateliers municipaux qui faisaient partie du même bâtiment que l'actuelle salle polyvalente. 

 

En vérité, la véritable motivation de la majorité municipale ne-résidait-elle pas aussi dans la volonté d'un adjoint de faire construire de nouveaux ateliers municipaux sur le grand terrain plat communal de 1831 m², situé juste devant son domicile,  afin d’éviter qu’un immeuble de logements puisse un jour y être construit ? Il est vrai que les ateliers municipaux sont fermés le soir, les jours de fêtes et toutes les fins de semaine…Tranquillité assurée aux frais de la commune.

 

Il faut rappeler qu'en même temps, ces mêmes élus de Voglans faisaient (et font) tout pour bétonner, urbaniser le moindre terrain libre de la commune afin d'y construire le plus possible des immeubles de logements, sauf sur ce terrain de 1831 m²...!

 

Ainsi ils avaient vendu 9381 m² en 2003 pour 437 000 euros à un promoteur immobilier pour que celui-ci y construise plusieurs immeubles d'habitation au centre du village. Ils ont ensuite acheté, en 2008, place de l'église, un terrain enclavé de 727 m² pour le prix très surévalué de 430 000 euros ( 500 000 euros avec les intérêts en 2017 ) afin d'y construire un autre immeuble d'habitation.

 

Tout cela, alors que ce terrain communal de 1831m², parfaitement desservi et accessible, était toujours inutilisé depuis des décennies et le restera jusqu'en 2013-2014, date de la décision d'y construire les nouveaux ateliers municipaux ...

 

...au moment où l'opération immobilière, lancée en 2012 par la municipalité, sur ce terrain de 727m², échouait simultanément avec la vente aux enchères forcée de la maison d'un riverain, qui se retrouva littéralement à la rue, pour avoir lutté contre cette urbanisation exagérée de son voisinage immédiat !

 

https://www.lebulletinvoglanais.fr/pourquoi-construire-d-autres-ateliers/